• © Dominique Darbois

Dominique Darbois

Très discrète sur sa situation personnelle, Dominique Darbois a donné un récit de sa vie à son ami Amrouche* que l’on peut lire dans l’introduction de Terre d’enfants.

Née en 1923, très jeune résistante de 17 ans portant l’étoile jaune, elle est emmenée en 1942 au camp de Drancy où elle reste deux ans ; elle voit partir 10 000 enfants vers Auschwitz. Lorsque Paris est enfin libéré, elle choisit de s’engager dans l’armée, participant à de périlleuses missions qui lui valent, Médaille de la Résistance, Croix de Guerre, Légion d’honneur… Voilà sa « vérité du monde ».
Le retour à la vie normale et civile est difficile. Le hasard lui fait rencontrer un photographe, Pierre Jahan dont elle devient l’assistante, apprenant toutes les facettes du métier, en particulier le tirage. À 25 ans, elle peut ainsi gagner sa vie. Membre de l’expédition Tumuc Humac en Guyane (1951-1952 avec François Mazière), elle a depuis parcouru le monde. Sa première exposition personnelle a lieu à la Galerie Maeght en 1954.
Elle ira en Mongolie, en Chine au Cambodge, traînant son appareil photo dans une soixantaine de pays.
Elle a pu observer les méfaits d’un colonialisme qui lui fait horreur. En 59 elle rencontre Francis Janson et s’engage à ses côtés dans l’aide à la résistance algérienne. Elle publie d’ailleurs un livre Les Algériens en guerre qui sera interdit en France.
Les voyages se suivent à Cuba, en Afghanistan où elle photographie les collections du musée de Kaboul. Précieux travail maintenant que ce musée est détruit...
Dans son combat pour l’égalité, elle prête aussi une grande attention aux femmes dont elle fait des portraits splendides et poursuit son action dans une organisation humanitaire.

Toutes ses images sont un travail de reportage qui atteint un très grand niveau de qualité par ce qu’il est soutenu par un métier et aussi par une pensée : « faire reculer l’intolérance, dit Dominique Darbois, faire reculer l’ombre au profit de la lumière ».

Ses photographies d’enfants prises dans une soixantaine de pays ont fait l’objet d’une célèbre collection de livres pour enfants, « Enfants du monde », qui parurent chez Nathan de 1953 à 1975.

Le livre Terre d’enfants, aux éditions Xavier Barral, rend hommage à ce travail de toute une vie. Les Trois Ourses lui ont consacré une exposition qu’elles diffusent sous le titre "Enfances".


*Pierre Amrouche, écrivain, spécialiste de l’art africain, a organisé plusieurs expositions du travail de la photographe dont il est un ami. C’est à lui que Dominique Darbois a confié les éléments biographiques contenus dans : « L’Objectif d’une vie » préface de Terre d’enfants, aux éditions Xavier Barral, 2004.